• lundi 20 juin • 19H00
    GRAND THÉÂTRE D’ANGERS

Madame Bovary

Gustave Flaubert
spectacle complet

La compagnie la fiancée du requin

Adaptation Paul Emond

Mise en scène Sandrine Molaro, Gilles-vincent Kapps

Avec Sandrine Molaro, David Talbot, Gilles-Vincent Kapps, Félix Kysyl ou Paul Granier

Scénographie Barbara de Limburg

Lumières François Thouret

Costumes Sabine schlemmer

Musique originale Gilles-Vincent Kapps

Collaboration artistique Grétel Delattre

La pièce

Sur scène, quatre chaises, à portée de main quelques instruments. Ce pourrait être la place d’un village, un coin de campagne, ou la dernière table d’un banquet de noces sous les arbres au fond du verger. Une comédienne, trois comédiens, tour à tour personnages ou narrateurs, s’adressent à nous pour conter, chanter, incarner la grande épopée d’Emma Bovary. Avec leurs corps, leurs voix, leurs gestes d’aujourd’hui, ils s’emparent de ce récit inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie.

Bovarysme, nom masculin : capacité de l’homme à se concevoir autre qu’il n’est.

« Le seul moyen de supporter l’existence, c’est de s’étourdir dans la littérature comme dans une orgie perpétuelle. » Gustave Flaubert, 1858

 

L’adaptation

Qu’auriez-vous fait à ma place ? Vous êtes amoureux d’Emma Bovary depuis qu’adolescent, vous avez lu ce roman pour la première fois ; vous écrivez des pièces de théâtre ; vous prenez plaisir, de surcroît, à faire régulièrement des adaptations ; et voilà que des amis acteurs viennent vous demander une adaptation du grand livre de Flaubert. Vous hésitez ? Oh non ! Vous répondez oui ! Aussitôt ! Vous vous jetez à l’eau ! (…) L’envie est trop forte, le désir de vous y colleter vous taraude déjà, l’appel téléphonique à peine terminé, déjà vous reprenez le roman, cherchez par où y entrer, comment procéder… Quatre acteurs ? Vous vous repassez le roman en accéléré sur votre écran intime : tous ces personnages… Quatre acteurs et tous ces personnages ? Oui, excellent ! À vous d’inventer une dynamique théâtrale spécifique. D’arrimer l’incomparable écriture flaubertienne à un rythme qui appartienne à ce seul spectacle. Superbe défi ! Quatre acteurs ? Bien ! Très bien ! Très très bien ! Plus la contrainte est forte, plus vous voilà poussé à l’invention. Auriez-vous sans cela imaginé de faire alterner dialogues et monologues ? De multiplier les adresses au public ? De chercher une succession de scènes qui permette aux acteurs de superposer les personnages ? D’écrire des chansons qui relient au monde d’aujourd’hui le contexte de « Madame Bovary » ? (…) Le plus important sera de faire entendre la langue incomparable d’un des plus grands écrivains de tous les temps… Paul Emond

 

Ce qu’en dit la presse

« Un bonheur de spectacle que vous n’avez décidemment le droit de manquer sous aucun prétexte ! » Pariscope

« Gilles-Vincent Kapps et Sandrine Molaro signent une mise en scène volontiers blagueuse qui n’étouffe ni l’émotion ni les larmes. Le Jeune Félix Kysyl est tout à fait épatant. (…) Dans le rôle d’Emma, Sandrine Molaro est d’une délicatesse aussi subtile qu’une phrase de Flaubert. » Figaroscope

« Il y a tant de bonne humeur dans cette entreprise et tant de talents virtuoses que l’on est certain que même les dévots de Gustave Flaubert en accepteront le principe et seront emballés par la représentation. Et alors, quel plaisir ! On est sous le charme. Applaudissez ! » Le Figaro

« « Madame Bovary » se révèle sur scène tout aussi prenant qu’à sa lecture. » Les Échos « Prouesse accomplie. (…) Ceux qui ne connaissent pas le roman auront envie de le lire; les autres, grand plaisir à en feuilleter le souvenir. » L’Obs

« Quelle beauté, quelle intelligence, quelle fantaisie » Elle

EDITION 2017

Edition 2017-Le Festival d'Anjou - édition 2016

Le site de l’édition 2017 est ouvert !

Aller au programme 2017